Bienfaits du jeu en Nature

Bonjour!

Vous trouverez ci-dessous des arguments en faveur du jeu en pleine nature issu de deux ouvrages très intéressants à ce sujet. Bonne lecture!

Arguments issus de

« Les Enfants des Bois » de Sarah Wauquiez, Books on Demand.

 

En 2007, une lettre signée par 270 experts de l’enfance était publiée sans le Daily Telegraph de Londres. On peut y lire : « Nous pensons qu’un facteur primordial expliquant l’explosion des problèmes de santé diagnostiqués chez les enfants est le déclin marqué du jeu depuis 15 ans. Le jeu – particulièrement à l’extérieur, non structuré et peu surveillé – est vital dans le développement de la santé et du bien-être des enfants ». (p.72)

 

Les jeunes enfants apprennent à se connaître, à appréhender le monde qui les entoure et les autres par l’expérience directe.Plus l’environnement qu’ils fréquentent régulièrement est riche et varié, plus les possibilités d’interactions sont variées, et la possibilité d’un développement sain favorisée. Un environnement naturel est fondamental pour le développement sain d’un enfant : parce qu’il stimule tous les sens, sans les sur-stimuler, et parce que le jeu est riche en possibilités d’apprentissages et d’expériences vécues. Les expériences directes en nature aident les enfants à développer les connexions neurologiques nécessaires pour un développement intellectuel favorable plus tard.(p.73)

 

Quelques effets positifs de la fréquentation régulière de lieux de nature (p.73) :

 

  • l’intérêt des enfants pour la nature augmente
  • leur compréhension de la nature grandit
  • les enfants se sentent bien dans la nature
  • ils font de grands progrès dans le domaine de la motricité
  • ils apprennent à jouer ensemble, s’entraident plus et ont moins de conflits entre eux
  • ils sont plus équilibrés et peuvent mieux se concentrer
  • ils sont moins souvent et moins longtemps malades
  • l’imagination et la créativité des enfants sont stimulées (ils créent notamment leurs jeux et leurs jouets)

 

 

Aujourd’hui, bon nombre d’enfants sont élevés hors sol. Cela conduit à des problèmes physiques et psychiques, crises du sens de l’existence, éloignement de la nature et de soi-même, surexploitation des ressources.Les expériences directes en nature forment une base indispensable à un art de vie durable, et donc aussi pour la réussite du développement durable. (p.75)

 

L’enfant doit expérimenter la nature comme une partie intégrée à son habitat.

En effet :

  • les éléments naturels ont une importance cruciale pour le jeu
  • l’expérience en nature aide à savoir se repéreret s’orienter, d’abord dans la forêt, puis dans le monde et dans la vie
  • elle stimule les interactions sociales
  • elle favorise l’action autonome, le développement cognitif et la créativité
  • la fréquentation et l’expérience directe sont nécessaires au développement d’une relation émotionnelle à la nature

(p.77)

 

En Suède, une étude comparative a été menée entre une crèche en nature et une crèche classique.

Dans la crèche en nature :

  • les enfants étaient plus à l’aise en motricité
  • ils pouvaient mieux se concentrer : étaient moins facilement distraits, avaient une meilleure écoute, suivaient mieux les instructions, coupaient moins la parole, prenaient moins les affaires des autres enfants, avaient moins d’accidents, semblaient moins agités et moins frustrés, …
  • ils étaient moins absents pour maladie

 

(p.78)

 

Être en nature réduit le stress.En cas de stress, les hormones se dérèglent et provoquent des désordres d’adaptation : obésité, diabète, augmentation du cholestérol, cancer, maladies psychiques, problèmes de comportement.

Une méta-analyse de plus de 100 études conclut qu’un des facteurs les plus importants de réduction de stress est la fréquentation de la nature. La proximité de la nature protège comme un bouclier contre les impacts négatifs des situations stressantes. (p.80)

 

 

Les enfants gagnent en endurance et robustesse physique : marcher plusieurs centaines de mètres, porter leur sac à dos, supporter des efforts et petits maux.

Être en plein air ainsi que manger de la terre renforce le système immunitaire. L’air libre apporte davantage d’oxygène, désensibilise des allergies et le soleil en toute saison permet d’avoir un apport suffisant en vitamines. (p.81)

 

 

Arguments issus de

« Dehors les enfants ! »d’Angela J.Hanscom, Eds JC Lattès

 

Pourquoi le jeu libre ?

 

Les enfants élaborent leurs propres règles et font appel à leur imaginaire(p.130). Le jeu donne l’occasion aux enfants de devenir créatifs,de s’entrainer à réguler leurs émotions, d’améliorer leur habileté socialeet même de mieux se connaîtredans le processus. En s’amusant loin du monde des adultes, les enfants accèdent aux sensations liées à la liberté. (…) Trouver des idées de jeux est un défi intellectuelpour les enfants. S’ils veulent jouer avec d’autres, ils ont besoin de savoir comment les inviter à contribuer à leur scénario. Ils apprennent à présenter leurs idées afin qu’elles intéressent et plaisent. (…) Ces habiletés favorisent la créativité, l’autonomie et la capacité à se relier aux autres et à les comprendre. (p.132)

 

Le jeu libre enflamme l’imagination de l’enfant, mais il confronte aussi son corps à de multiples défis pendant de longues heures. Personne ne définit les règles à sa place : il les fixe avec les autres, puis poussé par sa détermination et son intérêt personnel, il met ses capacités à l’épreuve. Il défie ses sens et apprend à persévérer, à surmonter les obstacles pour atteindre ses buts.

 

Le jeu physique libre favorise le développement d’une musculature puissanteet d’une ossature solide. Elles les empêchent de se blesser, améliore l’enduranceet la force.(p.138)

 

L’enfant consolide sa sangle abdominaleainsi que la partie supérieure de son corps. Développer sa force musculaire en s’amusant aide l’enfant à trouver équilibreet résistancepour sa colonne vertébrale et pour ses membres.

 

Ce type de jeu fortifie aussi les tendons et ligaments… (p.138)

 

L’absence de mouvement joue un rôle dans l’augmentation des rhumes, des maladies et des allergies. Quand les enfants bougent régulièrement, ils accroissent la circulation sanguine vers les différents membres de leur corps, consomment davantage d’oxygène et activent leur système lymphatique. … Celui-ci joue un rôle vital dans le maintien d’un système immunitaireefficace. (p.145)

Les enfants ont besoin de bouger plusieurs heures par jourpour récolter les bénéfices sensoriels, cognitifs et sanitaires qui feront d’eux des enfants forts et aptes. (p.147)

 

 

Pourquoi dehors ou en nature?

 

L’extérieur propose une expérience parfaitement équilibrée au niveau sensoriel.

Les stimuli se manifestent doucement.Subtils, préventifs, ils sont parfois même réparateurs. La nature, c’est l’expérience sensorielle suprême. (p.157)

 

L’extérieur inspire l’esprit. La nature recèle un nombre infini de possibilités.

Elle aide l’enfant à se détendre, trouver de l’inspiration, plonger profondément dans un monde imaginaire. Elle lui permet de concevoir, de créer, d’explorer. Étude après étude, les scientifiques montrent que les enfants ayant un accès aux extérieurs pour jouer librement deviennent plus efficaces en résolution de problèmes et développent leur créativité. (p.158)

 

Il n’y a pas meilleur endroit pour une prise de risque et des défis mesurés.

Dehors, les enfants doivent évaluer leur environnement et ses risquesen permanence. Une fois qu’ils deviennent experts dans cette évaluation et parviennent à accepter les défis sur le chemin, ils gagnent en confiance. Plus les enfants évoluent en terrain accidenté sans tomber, traversent des ruisseaux sans se mouiller et gravissent des sentiers escarpés, mieux ils apprennent à mobiliser leur force et leur persistancedans l’effort, même lorsque quelque chose semble difficile ou impossible. Ils intègrent ce dont ils sont physiquement et mentalement capables en essayant et en essayant encore.

Les enfants se défient à leur propre rythme et apprennent à s’adapter. (p.160)

 

La nature apaise, facilite l’intégration visuelle et l’écoute, et développe l’odorat et le goût.